Santé par l’alimentation et les plantes

Santé par l’alimentation et les plantes

 Qui se souvient encore aujourd’hui de « l’argousier », de la « plante à œufs », de la « chayotte » ou du goût de « l’arroche », de la « bourrache », des « topinambours », des « pâtissons jaunes » ou autres courges ?

Les légumes anciens sont beaucoup plus nombreux que ce que l’on peut imaginer. Les fruits, légumes et plantes d’antan constituent un réel enjeu, aussi bien en termes de biodiversité et de patrimoine génétique, que de curiosité gastronomique, d’esthétique, d’équilibre nutritionnel, de santé publique, de respect de l’environnement ou encore de culture historique.

Ils sont bien adaptés aux contraintes de l’agriculture biologique et à toutes nos nouvelles pratiques culturales. C’est pourquoi, aujourd’hui, de nombreux agriculteurs bio, mais aussi beaucoup de jardiniers amateurs, soucieux de leur santé et du respect de leur jardin, s’occupent à cultiver, développer et mieux faire connaître ces « fruits, plantes et légumes anciens ».

Les nutritionnistes, naturopathes et autres médecins réputés, comme le Dr Laurent le Chevalier, s’accordent à dire que ces végétaux étaient indispensables à notre santé et à notre bon équilibre alimentaire. Parce que chacun d’entre eux a une véritable spécificité, qu’ils nous apportent de nombreux antioxydants et qu’ils nous fournissent les éléments nutritifs indispensables à notre bon équilibre. De plus, à des degrés divers, ils font partie de l’histoire de notre évolution…

Face aux tendances récentes d’une mode végétarienne ou même de pratiques végétaliennes, ils constituent plus qu’un phénomène de tendance : ils sont une réponse aux enjeux du réchauffement climatique, tel qu’il est défini aujourd’hui. Car il est nécessaire de dépenser beaucoup moins de calories, pour produire des topinambours ou des orties sauvages, que pour élever un veau ou un porc de batterie !

Je vous laisse en compagnie de mon ami Jacques Anthonin, boulanger, scientifique et conférencier qui à travers sa vidéo de plus 2 heures pourra vous donner plus d’explication sur les bienfaits des aliments vivants, et comment apprendre à nourrir son âme.